FAQ

Depuis qu’il a vu « Ratatouille » mon fils 8 ans réclame un rat.
N’est-ce pas dangereux pour un enfant ?

Nous ne sommes pas les mieux placés pour vous conseiller cet animal de compagnie. Mais pourquoi pas ? Un rat sain, acheté dans une animalerie n’est pas plus dangereux qu’un chien ou un chat. Il peut être intelligent – sans atteindre le QI de Rémi – et affectueux.

Une entreprise va dératiser les caves de notre immeuble.
Cette intervention présente-t-elle un danger pour mon chien ?

Un lieu fréquenté par les rats n’est sain ni pour vous ni pour votre chien. Il est contaminé par les urines et les feces, sans parler des puces. Songez que votre chien n’a pour chaussures que ses pelotes et qu’il les lèchent consciencieusement. Il faut donc lui éviter la fréquentation des caves pour le présent et l’avenir. Les produits rodenticides peuvent être dangereux par ingestion pour un chien, vous devez donc toujours tenir votre chien en laisse et le garder éloigné de tout produit suspect, même en promenade.

Le syndic a fait désinfecter les sous-sols.
Mais il y a toujours autant de rats. Les produits sont-ils efficaces ?

Il n’a certainement pas été procédé à une « désinfection », opération invraisemblable dans ces locaux. Une « désinsectisation » en vue de l’élimination de blattes ne pourrait accessoirement tuer que quelques puces de rats. S’il s’est agi d’une « dératisation » vous devez trouver un Avis de passage dans les locaux concernés et des postes d’appâtage. L’effet des rodenticides n’est pas immédiat, il faut attendre plusieurs jours pour constater une diminution ou une disparition de l’infestation. L’entreprise qui intervient prévoir la surveillance et le renouvellement des appâts en fonction du degré de l’infestation.

Les termites sont-ils des maniaques de la propreté ?
La réponse est oui. Les termites sont des « malades de la propreté ».

Les tentatives d’introduction de spores de champignons dans des termitières, qui ont été expérimentées comme moyen de lutte biologique, ont jusqu’à présent échoué. En effet, les termites nettoient systématiquement les parois de la termitière, comportement vital pour la survie de leur colonie.
Par contre, certaines espèces de termites cultivent des champignons pour les besoins de leur colonie. Ainsi en est-il par exemple de quelques termites sud-africains.

Les termites peuvent-ils se noyer ?
Oui, mais cela prend du temps.

Les termites respirent l’oxygène à travers leurs spiracles. Ils ne peuvent pas fermer ceux-ci pour arrêter le mouvement de l’air comme le font les insectes des denrées stockées, mais ils peuvent arrêter de bouger quand ils sont sous l’eau. C’est pourquoi, sous l’eau, ils peuvent survivre pendant de nombreuses heures avant de mourir. Selon le Dr. Gregg Henderson, ce n’est qu’au bout de 15 heures au moins, qu’une mortalité de 50 % des termites est constatée.

Les termites existaient-ils avant les dinosaures ?
Cette question a été posée au Dr. Barbara L. Thorne  qui répond comme suit.

« Les dinosaures ont évolué durant la période du Trias (environ 225 millions d’années) et se sont diversifiés en nombre et en espèces durant le Jurassique. Le Crétacé (il y a de 144 à 65 millions d’années) est considéré comme la dernière époque des dinosaures.
Les fossiles de termites les plus anciens que nous connaissons datent du début du Crétacé, mais il est probable qu’ils aient existé auparavant et se soient déjà diversifiés, puisque les termites fossiles du Crétacé appartiennent à différentes espèces.

En résumé, les premiers dinosaures sont certainement apparus avant les termites, mais les termites ont eu le dernier mot puisqu’ils persistent aujourd’hui, tandis que les dinosaures ont disparu il y a 65 millions d’années environ. La triste vérité est que les termites ont probablement constitué un mets de choix pour les dinosaures. Mais, sans doute que les termites à leur tour ont bénéficié des bienfaits des dinosaures. En effet, plusieurs espèces de dinosaures étant herbivores, les termites ont vraisemblablement profité de leurs « fumures » riches en cellulose, comme le sont aujourd’hui les bouses de nos herbivores contemporains.»

Avez-vous déjà vu des puces « chasser en meutes »  ?

Une puce sur un chat ou un chien peut déposer environ 20 œufs par jour. Quand plusieurs puces s’acharnent sur un animal, en 24 heures, des quantités importantes d’œufs peuvent tomber d’un animal infesté !

Or, les œufs ne collent pas aux poils d’un animal et tombent quand celui-ci se déplace ou se gratte. Après éclosion, les larves se nourrissent de matières organiques en décomposition, telles que les fèces des puces adultes. Elles tissent ensuite un cocon de soie dans lequel elles se nymphosent. L’insecte parfait – imago – ne sort de sa protection de soie que des vibrations l’y incitent. Une fois sorti, la puce saute sur l’hôte le plus proche.

Et, comme l’explique le Dr. Philip Koelher,  les puces sont capables de « chasser » un chat autour d’une pièce. Elles se comportent alors comme une meute de loups chassant leur proie et peuvent aller jusqu’à entraîner la mort de l’animal par affaiblissement.

Les cocons de soie isolent les « pré-adultes » qui, de ce fait, sont protégés des insecticides. Pour un traitement efficace, il faut donc les amener à sortir de cette protection. en suscitant des vibrations, ce que fait parfaitement un aspirateur, et procéder ensuite au  traitement insecticide.

Une armistice rompue : les punaises attaquent.

Les punaises avaient pratiquement disparu de notre environnement depuis une cinquantaine d’années, dans nos contrées du moins. L’utilisation du DDT, et autres insecticides très efficaces, avaient eu largement raison de ces vilaines « petites bêtes ». Et compte tenu des mesures d’hygiène qui sont les nôtres, nous avions presque oublié le fléau qu’elles ont toujours représenté à travers les âges.

Erreur. ! Depuis quelques années, les voilà qui reviennent en force.

Les échanges internationaux, des insecticides différents et moins rémanents, et le manque de connaissance et de vigilance d’un public qui n’avait jamais eu affaire à ces insectes piqueurs, favorise aujourd’hui leur retour en force et leur permet de rompre une trêve que nous pensions définitive.

Aucun de nos pays occidentaux n’échappe à leur retour.